ActualitéHardware

Voici le tout premier distributeur de billets… sans banque !

Face à l’essor des services et de la banque en ligne, les établissements bancaires traditionnels ont été dans l’obligation de repenser leur organisation en profondeur. Cette restructuration de l’industrie s’est matérialisée par des fermetures d’agences en masse (300 chez Société Générale, 200 chez BNP Paribas…), ce qui a parallèlement entrainé la disparition de milliers de distributeurs automatiques de billets.

Palier à la disparition des agences bancaires

Pour maintenir un dynamisme économique, les petites villes essayent par tous les moyens de retenir les agences – ou de trouver des alternatives. C’est le cas de Locmaria-Plouzané, une petite ville de 5 000 habitants dans le Finistère, qui a réussi à trouver une solution pour pallier la disparition d’une agence Crédit Mutuel de Bretagne.

Viviane Godebert, le maire de Locmaria-Plouzané, explique à nos confrères du Parisien : « nous jouissions auparavant de la permanence d’une banque locale. Mais elle a récemment fait retirer son distributeur… Imaginez qu’il faut quand même faire 6 km pour retirer de l’espèce ! C’est la mort des bourgs si on retire ce genre de service… ».

Face à cette situation délicate, elle a mis en place un partenariat inédit avec la Brink’s, une société qui accompagne historiquement les groupes bancaires dans la collecte d’espèces, pour installer le tout premier distributeur automatique de billets indépendant et gratuit en France métropolitaine.

Si aucune banque n’est affiliée à ce point de retrait, c’est la commune de Locmaria-Plouzané qui prendra en charge le coût du loyer ainsi que de la maintenance technique de la solution. La maire affirme toutefois que plus le nombre d’utilisateurs sera élevé, plus le coût engendré par ce partenariat avec la Brink’s sera réduit.

 

distributeur de billets
Le distributeur de Locmaria-Plouzané © Ouest France

 1 000 à 2 000 DAB en zones blanches ?

De son côté, le PDG de la Brink’s France, Patrick Lagarde, se félicite déjà de ce premier partenariat. Il souhaite étendre ce projet à d’autres communes, affirmant que « nos premières études d’évaluation de zones dites « blanches » – c’est-à-dire rurales ou périurbaines, à l’instar de Locmaria – ont montré qu’il y aurait de la place pour 1000 à 2000 DAB de ce type dans les prochaines années, en France ».

Locmaria-Plouzané aurait déjà inspiré de nombreuses bourgades en mal de distributeurs. Patrick Lagarde explique que « nous avons déjà reçu une cinquantaine de dossiers depuis le lancement à Locmaria-Plouzané ».

 

 

 

source

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.