ActualitéNon classé

Nintendo Switch : le hack pour installer Linux a été dévoilé, et il est imparable

Nintendo Switch : le hack pour installer Linux a été dévoilé, et il est imparable

Article mis à jour le 24/04 – Les hackeurs de failOverflow ont dévoilé leur méthode, baptisée ShofEL2 et permettant de jailbreaker la Nintendo Switch pour installer Linux, de nouvelles fonctionnalités ou des logiciels non-officiels, comme des jeux piratés par exemple (mais pas seulement).

Celle-ci tire parti d’une faille dans le processeur Nvidia Tegra X1 de la console, comme nous vous le disions dans un précédent article. Malheureusement pour Nintendo, qui a déjà vendu des millions de Switch, la vulnérabilité est impossible à corriger sans toucher au hardware de la console. La firme pourrait toutefois repérer les machines piratées pour leur bloquer l’accès aux services en ligne, note le site Ars Technica, mais guère plus.  

Notez qu’en réalité, l’équipe de hackeurs ReSwitched a été la première à dévoiler ce hack, forçant failOverflow, qui avait prévu de le faire le 25 avril, a annoncer sa méthode dès aujourd’hui. Pour le moment, il ne s’agit que d’une preuve de concept et il vous sera impossible d’utiliser cette méthode si vous n’avez pas les compétences requises, il va donc falloir attendre encore un peu avant de voir débarquer une version à destination du grand public. 

Article initial 

Nous vous l’annoncions la semaine dernière, une équipe de hackeurs est parvenue à installer le système d’exploitation Linux sur la Nintendo Switch. Une opération intéressante qui ouvre le champ des possibles, mais qui se limitait à quelques lignes de codes sur un fond noir… Depuis des progrès ont été réalisés, une vidéo partagée sur le compte Twitter du groupe failOverflow et relayée par Liliputing permet de se faire une idée précise de ses avancées. Premier élément, l’interface graphique utilisateur est désormais opérationnelle.

La Switch devient un petite tablette PC

La Nintendo Switch se mue en ordinateur avec ses menus, ses icônes et ses fenêtres, mais point plus important encore, l’écran tactile réagit parfaitement. L’ensemble est fluide, comme si Linux fonctionnait de manière native sur un ordinateur lambda. De même, la plupart des fonctions sont opérationnelles, comme le Bluetooth, le WiFi, la partie audio ou encore l’accélération 3D sous Plasma KDE.

Maintenant que la Switch s’est transformée en ordinateur, la prochaine étape (que de nombreux utilisateurs attendent) est l’installation de jeux piratés, puis du système d’exploitation Android afin d’accéder aux milliers d’applications présentent sur la plateforme mobile.

à lire aussi

Source : http://www.cnetfrance.fr/news/linux-est-pleinement-operationnel-sur-la-nintendo-switch-39864298.htm#xtor=RSS-300021