Actualité

Microsoft retire discrètement une énorme base de données de reconnaissance faciale

Microsoft retire discrètement une énorme base de données de reconnaissance faciale

Microsoft a discrètement démantelé une énorme base de données de reconnaissance faciale contenant plus de 10 millions d’images d’environ 100.000 personnes. Selon le Financial Times, les images ont été collectées à partir des moteurs de recherche et publiées en 2016 dans un ensemble de données appelé MS Celeb et utilisées pour former des systèmes de reconnaissance faciale dans le monde entier, y compris par des chercheurs militaires et des entreprises chinoises telles que SenseTime et Megvii. Cette base de données, précédemment utilisée dans le cadre d’un projet d’Amnesty International visant à reconnaître les célébrités, a été également impliquée dans les efforts déployés par la Chine pour sévir contre les minorités ethniques du pays.

« Le site était destiné à des fins académiques », a déclaré Microsoft au Financial Times. « Il était géré par un employé qui n’est plus chez Microsoft et a été supprimé depuis. »

La reconnaissance faciale est couramment utilisée pour les tâches quotidiennes comme déverrouiller les smartphones et identifier les amis sur les réseaux sociaux, mais les préoccupations relatives à la vie privée persistent. Les progrès de l’intelligence artificielle et la prolifération des caméras facilitent de plus en plus la surveillance et le suivi de ce que font les individus.

Bon nombre des personnes figurant dans la base de données Microsoft n’avaient pas donné leur consentement, mais leurs photos ont été récoltées sur Internet sous la licence Creative Commons, explique le Financial Times. La licence Creative Commons permet la réutilisation académique des photos, une permission accordée par le détenteur des droits d’auteur de l’image et non le sujet de la photo.

11 millions de Ouïghours sous surveillance en Chine

En avril, le New-York Times a révélé que le gouvernement chinois avait utilisé un logiciel de reconnaissance faciale pour suivre et contrôler 11 millions de Ouïghours, une minorité majoritairement musulmane du pays. Tirant parti d’un vaste réseau de caméras de surveillance, la technologie servait à rechercher les Ouïghours en fonction de leur apparence, surveillait leurs déplacements et a contribué à la mise en détention de millions de personnes dans des camps.

En décembre, Microsoft a exhorté les gouvernements à adopter une loi exigeant que la reconnaissance faciale fasse l’objet d’essais indépendants pour en vérifier l’exactitude. « Si nous n’agissons pas, nous risquons de nous réveiller dans cinq ans pour découvrir que les services de reconnaissance faciale se sont répandus d’une manière qui exacerbe les problèmes sociétaux », écrivait Brad Smith, conseiller juridique en chef de Microsoft.

La firme de Redmond n’a pas fait de commentaire sur la suppression de cette base de données.

Source : Cnet.com , New-York Times

Source : https://www.cnetfrance.fr/news/microsoft-retire-discretement-une-enorme-base-de-donnees-de-reconnaissance-faciale-39885691.htm#xtor=RSS-300021