Non classé

#DeleteVero : des internautes appellent au boycott de Vero

#DeleteVero : des internautes appellent au boycott de Vero

Vero, un réseau social qui se pose en alternative de Facebook, Twitter ou Instagram, les pubs et les algorithmes en moins, a connu un succès fulgurant en l’espace de quelques jours, se hissant au sommet des classements de l’App Store d’Apple. Cependant, le soufflet est en train de retomber alors que des questions se posent quant au passé de l’un des cofondateurs, Ayman Hariri, qui fut dirigeant d’une société saoudienne de construction. Une campagne #DeleteVero encourageant les utilisateurs à supprimer l’application monte en puissance.

Ayman Hariri est un milliardaire, fils de l’ancien premier ministre du Liban Rafic Hariri qui fut assassiné en 2005. La campagne contre son réseau social Vero est liée à son rôle en tant que directeur général adjoint de Saudi Oger, l’une des plus importantes sociétés de BTP d’Arabie Saoudite, qui a été fermée l’année dernière après des années de mauvaise gestion, 3,5 milliards de dollars de dettes cumulées et des milliers de salariés qui n’ont pas été payés (voir les articles du Figaro et du Monde à ce sujet).

En 2016, l’agence Reuters racontait comme Saudi Oger avait littéralement abandonné des milliers de travailleurs migrants sans les avoir rémunérés dans un camp surpeuplé, avec un accès limité à la nourriture, l’eau et aux soins médicaux. Le rappel de ce passé peu glorieux a vite fait de susciter la réprobation des internautes et un appel au boycott de Vero.

https://i1.wp.com/www.cnetfrance.fr/i/edit/2018/02/gettyimages-924874388.jpg?w=1170 

Des questions se sont aussi rapidement posées quant aux conditions d’utilisation du service. RTL rapporte qu’en plus de recueillir un certain nombre d’informations sur ses membres (noms, adresses mail, numéros de téléphone, positionnement GPS, adresses IP…) pour éventuellement « personnaliser les contenus et informations visibles sur l’application » et pour « des services publicitaires », ce que le service avait promis d’éviter, celui-ci se garde le droit de conserver les messages publiés sur la plateforme.

En réponse à une question d’un utilisateur, Vero a assuré que les membres conservaient un droit sur tout ce qui était posté, mais cela n’a pas apaisé la colère des usagers qui s’est même amplifiée lorsqu’ils ont réalisé qu’il n’était pas possible de supprimer leur compte directement. En effet, il leur faut adresser une demande au service technique pour que celui-ci effectue la suppression. Un porte-parole de Vero interrogé par nos confrères de Cnet.com a indiqué qu’Ayman Hariri n’était pas disponible pour fournir un commentaire.

Source : http://www.cnetfrance.fr/news/deletevero-des-internautes-appellent-au-boycott-de-vero-39864818.htm#xtor=RSS-300021