Actualité

30 ans du Web : le créateur dépassé par sa création ?

Le Web fête son 30e anniversaire. À ne surtout pas confondre avec le réseau internet, le World Wide Web a été inventé en mars 1989 par l’informaticien britannique Tim Berners-Lee au CERN de Genève. Initialement, le Web permettait aux scientifiques de travailler et de collaborer plus efficacement au sein même du CERN. En quelques années, le World Wide Web s’est répandu bien au-delà de son premier public d’universitaires et de scientifiques.

Les bases du Web moderne 

Mais célébrer la naissance du Web, c’est également célébrer l’arrivée de nouvelles technologies que l’on utilise tous les jours en surfant sur internet : l’hypertexte, le principe de lier des documents entre eux, les URL (localisateur uniforme de ressource), c’est-à-dire les adresses web telles qu’on les connait, le HTML (HyperText Markup Language), le langage de base pour le contenu ou encore le protocole HTTP (protocole de transfert hypertexte), le système de communication client-serveur. Autant d’outils qui ont été nécessaires pour que le Web existe et s’étende à l’échelle mondiale. 

Le prochain jalon est l’anniversaire de la première page publiée sur le Web en décembre 2020. Ou peut-être est-ce l’anniversaire du navigateur, NCSA Mosaic qui a permis de véritablement démocratiser le World Wide Web via Windows et Macintosh. Publié en 1993, il est le tout premier navigateur à afficher des images aux formats GIF et XBM.

Un monstre hors de contrôle ?

Il y a trente ans donc, naissait un outil qui allait devenir incontournable. Un système de partage de l’information, capable de répertorier un savoir tout simplement astronomique, mais surtout d’y accéder via une interface graphique. Depuis sa création la toile a évolué et selon son créateur, elle aurait été « détournée par des escrocs », se transformant en une plate-forme où la désinformation et la haine se propagent comme des virus. La vie privée aurait quant-à elle été abandonnée au plus offrant, à ceux qui cherchent à faire de l’argent rapidement. 

Tim Berners-Lee indique avoir toujours été conscient des problèmes potentiels du web. Après tout, a-t-il expliqué, il y a de mauvaises personnes qui marchent dans la rue, et ces personnes, comme des millions d’autres, ont trouvé leur chemin en ligne. Mais c’est avec l’avènement des médias sociaux que ces voix se sont amplifiées. Il ajoute qu’il n’avait cependant jamais imaginé que des États-nations puissent utiliser le Web pour influencer des élections ou l’opinion publique. 

Résoudre les problèmes du Web 

Berners-Lee souhaite désormais résoudre les problèmes du Web. Il a lancé deux efforts majeurs pour renverser la tendance. Le premier est le « Contrat pour le Web », qui, selon lui, rendra le Web plus fiable et moins sensible à certains des problèmes actuels. Il a pour but de rassembler les gouvernements, les entreprises de la Tech et les citoyens pour établir des principes communs afin de gouverner le monde en ligne.

L’autre est une nouvelle plate-forme appelée Solid. Ce projet développé en collaboration avec des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology vise à donner aux gens plus de contrôle sur leurs données personnelles, qui sont aujourd’hui achetées et vendues sans leur permission. L’idée est de permettre aux internautes de stocker leurs données personnelles dans des bases spécifiques, des « pods ». Ainsi, quand une application ou un site voudra obtenir certaines données, l’utilisateur pourra ouvrir l’accès au « pod » adéquat.

30 ans après sa création, le papa du Web garde sa progéniture à l’oeil, mais au regard du business que représente désormais le web, de sa croissance exponentielle et des développements technologiques, difficile de savoir s’il est encore possible de réguler la machine afin que la toile reste l’espace de partage de connaissance et de collaboration imaginé à l’origine par son créateur. L’avenir le dira. 

À lire également :

à lire aussi

Source : https://www.cnetfrance.fr/news/30-ans-du-web-le-createur-depasse-par-sa-creation-39881621.htm#xtor=RSS-300021